Portail de la culture tchadienne
Appelelez-nous : +235 66 60 03 96

Une romance entre passion et pouvoir de création

C’est une véritable magicienne des pagnes qui alimente ses créations aux moyens d’innovations. Elle les transforme, les façonne et leur  offre de nouvelles formes d’usage au quotidien. Cette  jeune entrepreneure tchadienne a créé son entreprise « Tchadien en pagne » en 2016 pour apporter une nouvelle tendance à travers ces étoffes colorées en les déclinant sous forme d’accessoires comme des pochettes, des colliers, des bracelets, des chaussures, etc. Mais au-delà  de cet aspect  fashion, Sabine est une décoratrice d’intérieur  un peu originale. Grace au pagne, elle n’apporte non seulement des nuances dans nos espaces, mais surtout une signature africaine moderne.  Comme dans les locaux de la startup Wenacklabs.

Les clients apprécient cette couturière qui commerce aussi de pagne de qualité. « J’ai acheté ma chemise chez elle et j’avoue que je ne suis pas déçu. J’apprécie son travail et je l’encourage à continuer » estime ce client.

 Sabine est une marketeuse très strège qui n’hésite pas à se servir des opportunités de la nouvelle technologie pour promouvoir ses créations.  C’est à Dakar qu’elle a suivi des études supérieures pour obtenir un Master en Administration Réseaux et Système Informatique à l’Institut Universitaire de Technologie et de Commerce (TECOM).  Un diplôme qu’elle a su transformer en outil de marketing aujourd’hui très utile. Sur Facebook elle récolte les avis satisfaisant et encourageant des clients et potentiels client. En même temps elle assure la visibilité de ses produits et services.

Pour cette artiste autodidacte, un entrepreneur doit avant tout être persévérant, simple, solide et en perpétuel recherche d’innovation.  « Je n’ai pas de regret car j’exerce mon métier avec passion et curiosité.  Bien que n’ayant jamais bénéficié de quelconque formation,  je suis fière de mon parcours et je sais que le meilleur se discerne déjà l’horizon. » Dit-elle confiante.

L’indifférence de certains compatriotes  à l’égard des créations locale craint. Si seulement j’avais une baguette magique, j’encouragerai l’entreprenariat féminin en octroyant des fonds à toutes ces dames qui se battent jour après jour pour réaliser leurs objectifs. Le numérique est l’un des clés du développement de l’entreprenariat féminin. A travers les réseaux sociaux et le web en général on ne valorise pas seulement le travail mais on s’auto forme à travers des échanges et les tutoriels d’idées créatives. » conclu-t-elle.

Textes & photos : Salma Khalil

Derniers articles

Total visiteurs

  • 1 343 172
  • 139 384