Portail de la culture tchadienne
Appelelez-nous : +235 66 60 03 96

Fabricienne de fil à aiguile

Cette jeune étudiante qui a fréquenté le lycée du Sacrée cœur avant l’obtention de son bac est une passionnée de  littérature et de l’art dans le sens large du terme. Et c’est au lycée que tout a commencé.  Mingumadji Fabricienne née en 1998  à kelo, la cinquième ville du Tchad et chef-lieu du département de la Tandjilé Ouest, était encore en terminale littéraire quand elle découvre la broderie. Pas n’importe laquelle, la broderie sur papier. Un savoir-faire qui vient des Pays-Bas et dont la technique nécessite une habileté particulière. À l’époque elles étaient nombreuses dans leur établissement à être initiées par les réligieuses à cette pratique artistique mais faute de temps, les autres ont laissé tomber.  « Par amour pour l’art, avec mon amie Clémence, nous avons continué cette aventure. C’est la Sœur qui nous appris à faire la broderie sur carte. La formation été passionnante. La première fois a été impeccable. Rien n’est facile au départ. Ma Source d’inspiration  est la nature. Pour broder, il faut d’abord faire des  traits en raison de la matière du  papier. Cette broderie consiste à réaliser des trous en forme de pointillé qui épousent la forme de dessin à réaliser avant de monter le fil métallique » Dit-elle d’un ton timide.

Fabricienne fait de la carterie et bien d’autres créations grâce à ses doigts habiles. Elle a contribué au décor des aquarelles de l’artiste Salma, sur du papier Cançon. Un travail avec des résultats étonnants  en raison du caractère résolument personnel qui ont apporté de la splendeur à travers du relief et des effets.

Un projet en cours et une collaboration ambitieuse qui rêve de voir ses créations vendues à travers les monde. Depuis son quartier walia la jeune brodeuse aspire à une carrière artistique bien que pour le moment elle doit avant tout se consacrer à ses études.

Texte & photos: Salma Khalil

Derniers articles

Total visiteurs

  • 1 278 350
  • 130 659